Phase d’adaptation

Quand un enfant arrive dans notre établissement, c’est souvent la première fois qu’il est séparé de ses parents pour une durée aussi longue. Même s’il a auparavant déjà été dans un groupe parents-enfants (dit à « quatre pattes ») ou chez une nounou, il se trouve confronté à une situation totalement différente dans le groupe :

  • Les locaux sont nouveaux pour lui, leurs dimensions et leur équipement les rendent impressionnants et excitants à la fois.
  • L’enfant doit construire une relation avec la personne chargée de sa garde, dans un premier temps étrangère pour lui.
  • Le fait de passer la journée avec un grand nombre de nouveaux enfants d’âges divers est pour lui aussi inhabituel et nouveau.
  • La journée de l’enfant est structurée par un nouveau rythme.

C’est pourquoi nous organisons avec le plus grand soin la phase d’adaptation en étroite collaboration avec les parents.

Dans le cadre d’un entretien préparatoire avec les parents sur la phase d’adaptation, nous concluons des accords visant à créer une base de confiance et à assurer la transparence. Une phase de base de trois jours sans séparation des parents permet d’évaluer comment se déroulera l’adaptation et de prévoir les étapes suivantes de manière appropriée. Au début de la phase d’adaptation, nous prévoyons une personne de référence fixe (éducateur ou éducatrice) pour s’occuper de l’enfant.

Notre concept d’adaptation est basé sur le modèle d’adaptation dit « berlinois ».

Modèle de phase d’adaptation berlinois

Les parents sont impliqués de manière intensive dans la phase d’adaptation de leur enfant. Celle-ci est conçue pour durer deux semaines. Pour permettre une adaptation sans pression ni stress, il n’y a pas de séparation pendant les premiers trois jours, la phase fondamentale. La mère ou le père sont présents et disponibles dans le rôle de « refuge sûr », mais restent cependant aussi passifs que possible. La première tentative de séparation a lieu le quatrième jour. La durée de séparation est augmentée chaque jour en tenant compte de la réaction de l’enfant. Dans cette phase de stabilisation, l’enfant reste de plus en plus longtemps seul avec la personne référente. Dans la phase finale, le père ou la mère ne reste plus dans l’institution. L’adaptation est achevée quand l’enfant considère la personne référente comme une base sûre et se laisse consoler par elle.[1]

Par la suite, nous tenons compte de ce qui se passe au quotidien et donnons toujours la priorité aux besoins de l’enfant. De plus, nous considérons les échanges quotidiens avec les parents comme indispensables pour nous permettre de construire une relation partenariale avec eux.

La phase d’adaptation chez les enfants de moins d’un an

Les enfants de moins d’un an ont un rythme différent de celui des enfants plus âgés. Ils mangent et dorment à des heures différentes et demandent une attention beaucoup plus soutenue. Pendant la période d’adaptation et les premiers mois, il est pour nous primordial de nous adapter au rythme auquel l’enfant est habitué. Nous programmons le déroulement de sa journée selon ses besoins jusqu’à ce qu’il s’aligne sur la routine du groupe.

Déroulement de la journée

Outre les personnes référentes, le « groupe de pairs » de l’enfant et les locaux où ils se retrouvent, un déroulement structuré de la journée ponctué de rituels sert de repère et d’orientation aux enfants et à leurs familles.

Pour les enfants, une routine reproduite chaque jour en leur réservant des plages de temps qu’ils gèrent librement et individuellement est d’une importance déterminante. Une journée au déroulement bien rythmé leur donne un sentiment de sécurité et de contrôle. Les phases quotidiennes de transition (le passage de la salle de groupe au jardin par ex.) sont des situations clé grâce auxquelles les enfants acquièrent les compétences nécessaires pour gérer les changements et maîtriser les nouvelles situations. Celles-ci sont facilitées par les routines récurrentes. Les déroulements étant familiers et prévisibles, les enfants sont en mesure d’y participer de manière active et autonome.

Les éléments fixes dans le déroulement de la journée sont par exemple :

  • Arrivée dans le groupe
  • Cercle du matin / petit-déjeuner
  • Activités / phase d’éducation libre (jeu libre)
  • Déjeuner
  • Phase de sieste et de repos
  • Goûter
  • Départ

Accueil

Pour faciliter l’arrivée en créche chaque matin pour l’enfant et les parents, les éducateurs(trices) créent une ambiance chaleureuse et conviviale en préparant la salle et en accueillant chaque famille cordialement. Les enfants et les éducateurs(trices) commencent la journée ensemble par un cercle du matin. Chaque enfant est salué individuellement dans le cercle et peut choisir lui-même des chansons ou des jeux musicaux dans les deux langues. L’utilisation d’instruments de musique en supplément permet aux enfants de faire une première expérience des rythmes.

Pendant le petit-déjeuner convivial qui suit le cercle du matin, les enfants jouissent du plaisir d’être ensemble dans le groupe et prennent des forces pour les nombreuses activités de la matinée.

La signification du jeu

Jouer, c’est apprendre

Nous tenons à ce que les enfants aient assez de temps pour le jeu libre. Ils peuvent choisir librement parmi les jouets et le matériel ludique mis à leur disposition. En jouant, les enfants se mesurent activement et sans contrainte avec leur environnement et font leurs propres expériences personnelles. C’est ainsi qu’ils acquièrent la base élémentaire de leur éducation future (faculté de concentration, raisonnement logique, créativité, autonomie, tolérance à la frustration, etc.). Le jeu de l’enfant crée les conditions qui vont assurer le succès des processus d’apprentissage dans tous les domaines de l’éducation de la petite enfance. Les enfants acquièrent ainsi des connaissances sur eux-mêmes (détermination du moi, développement de la personnalité, identifier les propres capacités et limites). Ils étendent leurs compétences sociales et linguistiques et s’approprient des connaissances sur les matériels et leur façon de fonctionner.

Dans les jeux de rôles, ils gèrent et assimilent les évènements vécus et les expériences faites, renforçant ainsi leurs capacités à relever les défis quotidiens. Le jeu a pour nous une grande importance et jouit d’une priorité élevée dans notre quotidien. Le thème de l’éducation par le jeu est pour nous d’un réel intérêt et c’est dans cet esprit que nous accompagnons les processus d’apprentissage des enfants.

Au quotidien, nous proposons aux enfants des activités dans les divers domaines éducatifs et leur laissons la possibilité de faire un choix. La conception des activités se base toujours sur ce qui intéresse les enfants. En voici quelques exemples : jouer avec la boue et peindre, parcours d’activité physique, journées dans la nature et excursions, expériences sensorielles, jeux à table, jeux de rôle, jeu libre et cetera…

Les repas

Manger est bien plus que le simple fait de satisfaire sa faim : les repas pris en commun sont des situations clé et des situations éducatives de la plus grande importance dans le quotidien pédagogique. Le Jardin veille à ce que l’alimentation des enfants soit saine, variée et équilibrée. Nous tenons en outre compte des allergies et des intolérances alimentaires respectives des enfants concernés.

Il est pour nous primordial que les enfants construisent une relation positive avec leur alimentation et ne la vive pas comme une contrainte. Le plaisir de manger et l’attention portée à ce qu’on mange sont des valeurs que nous voulons leur inculquer. Cela n’exclut cependant pas que les enfants puissent connaître et explorer ce qu’ils mangent en toute autonomie et avec tous leurs sens. Nous attachons de l’importance à ce que les enfants s’exercent progressivement à évaluer ce dont ils ont besoin. Ils apprennent à estimer leur faim et leur soif ou à savoir quand ils sont rassasiés. Aux repas, nous sommes pleinement conscients de notre impact dans notre rôle de modèle et nous mangeons toujours avec les enfants. Les repas pris en commun sont pour les enfants à la fois un rituel et une routine qui leur procure de la sécurité dans le déroulement de leur journée. De plus, le repas pris en commun favorise les interactions sociales et stimule les échanges au sein du groupe.

Phases de sommeil et de repos

Dans la journée, les enfants ont besoin de phases de repos et de détente.

Les besoins en sommeil de l’enfant sont très différents suivant l’âge et la personnalité. Des heures fixes de sommeil et de repos permettent aux enfants de ralentir leur rythme d’activité et structurent leur journée. Il est pour nous important de tenir compte des besoins individuels de sommeil et de les respecter. Chez nous, chaque enfant a sa propre place pour dormir où il peut se sentir sûr et en confiance.

En ce qui concerne la modification des rythmes et durées de sommeil de l’enfant, nos éducateurs(trices) sont continuellement en étroit contact avec les parents. Ceci nous permet de participer activement aux périodes de transition dans les modifications du rythme de sommeil.

Fidèles à notre principe de respecter le sommeil des enfants, nous veillons à ne réveiller aucun enfant à la crèche.

Nous aménageons des périodes de repos pour les enfants afin de compenser leur activité intense de la matinée. Nous offrons aussi aux enfants plus âgés des zones de repos et de retraite qu’ils peuvent utiliser s’ils en éprouvent le besoin.

Soins et hygiène

Les soins représentent une partie centrale de notre quotidien et de notre action pédagogique. Les enfants participent activement à leurs soins. L’enfant apprend ainsi à percevoir ses propres besoins, sait ce qui est important pour son corps et ce qui lui fait du bien.

Chacun de nos établissements possède un équipement sanitaire adapté aux enfants et à leurs diverses catégories d’âge, qui leur permet d’y accéder progressivement seuls et de l’utiliser de manière autonome.

Ces moments consacrés à l’hygiène sont des éléments importants de notre quotidien et nous permettent une interaction sociale intense entre l’enfant et la personne référente, menée sous forme de dialogue avec chaque enfant en particulier. Nous veillons à ce que ces moments respectent le rythme de chaque enfant et qu’ils se déroulent dans une atmosphère d’attention sensible et respectueuse pour l’enfant. L’intimité et les besoins corporels des enfants sont pris en compte et respectés dans le cadre des soins.

Les échanges continuels avec les parents permettent d’identifier avec précision les besoins de chaque enfant et d’y répondre individuellement.

 

[1] http://nifbe.de